Désamiantage : Comment Désamianter et Quel Prix ?

Est-ce obligatoire de faire un diagnostic désamiantage ? Quel est le prix pour désamianter une toiture ? Qui sont les professionnels à contacter ? Quels sont les risques du désamiantage ? Qui s’occupe des travaux de désamiantage lors d’une vente immobilière ? L’équipe d’Allotoiture.com se charge de vous rappeler les obligations et les travaux nécessaires à faire, ou non, concernant vos toitures en vieux fibrociment.

Pourquoi désamianter une toiture ?

Il faut savoir qu’en soi une toiture en amiante en bon état ne présente pas de danger. Elle le devient lorsqu’elle est abîmée, car ce sont les fibres d’amiante se dégageant dans l’air qui présentent un danger si on les respire. Lorsque la toiture est en bon état, l’amiante est prisonnier du ciment et le ne peut pas laisser échapper des fibres. Le désamiantage s’impose quand la toiture est abîmée. Mais il est également conseillé de procéder à un désamiantage même lorsque la toiture est en bon état afin de ne plus craindre qu’elle s’abîme ni d’avoir à faire contrôler régulièrement le toit.

Rénovation et nettoyage d’une toiture fibrociment sans amiante

L’amiante est interdit depuis 1997. Auparavant, elle était utilisée dans le fibrociment, un matériau constitué en grande majorité de ciment, mais contenant également de l’amiante pour renforcer ses performances en matière isolation. Le fibrociment a principalement été utilisé comme matériau de couverture des toits. Aujourd’hui, on peut encore opter pour du fibrociment pour la toiture de sa maison, sauf que celui-ci ne contient plus d’amiante.

Un toit en fibrociment sans amiante ne présente pas de danger. Il est possible de procéder à la rénovation et au nettoyage de toiture sans aucune protection particulière. Il est imperméable et ne pourrit pas. En revanche, le fibrociment a tendance à attirer les mousses et les lichens. Le nettoyage, ou démoussage de toiture, consiste principalement à retirer ces mousses et ces lichens. Concernant la rénovation, deux solutions sont possibles :

  • Installation de tuiles métalliques par-dessus le fibrociment abîmé
  • Retrait du fibrociment et mise en place d’un nouveau revêtement de toiture

Pensez ensuite à utiliser des produits anti-mousse afin d’éviter la prolifération des mousses et du lichen.

Désamiantage et obligations

Même en présence d’amiante, le désamiantage n’est pas obligatoire. Plus précisément, il faut que soit effectué un diagnostic amiante. Si à l’issue de ce diagnostic la quantité d’amiante dans l’air ne dépasse pas les 5 fibres par litre d’air, alors le désamiantage n’est pas obligatoire. À l’inverse, si cette quantité dépasse les 5 fibres par litre d’air, le désamiantage devient obligatoire et doit être réalisé dans les 36 mois par une entreprise certifiée. Sinon, en cas de non-respect de cette obligation, une sanction pénale est mise en place.

Le désamiantage étape par étape

Le désamiantage est réalisé selon des étapes bien précises. Dans un premier temps, il commence par le dépoussiérage qui consiste à enlever la poussière sur toutes les surfaces du chantier. Durant cette étape, les différents éléments pouvant être exposés à l’amiante sont protégés ou déplacés.

Ensuite, on procède au confinement. Le but est de confiner la partie à traiter afin d’éviter que les fibres d’amiantes ne s’échappent dans l’air extérieur à l’espace de confinement. Un test au fumigène permet de vérifier que la zone est bien étanche.

L’étape suivante réside dans le retrait de l’amiante. Plusieurs techniques sont possibles : retrait, encapsulage ou recouvrement. Les déchets ne sont pas acheminés vers n’importe quelle déchetterie, ils vont être emmenés vers un centre de traitement spécialisé. Finalement, lorsque l’amiante a été retiré, il ne reste plus qu’à nettoyer la zone en aspirant et en brossant. Toutefois, le chantier reste encore en place, car plusieurs contrôles vont être réalisés par la suite pour vérifier qu’il ne reste plus aucune trace d’amiante. Une fois ces différents contrôles terminés et concluants, le chantier peut être retiré.

Désamiantage prix

Critères de prix d’un désamiantage

Le prix d’un nettoyage de toiture et le coût d’un désamiantage est défini selon plusieurs critères :

  • La quantité d’amiante à retirer
  • Le type d’amiante à retirer
  • Les différents éléments nécessaires à la protection des professionnels intervenant sur le chantier
  • Les différents éléments nécessaires à la suppression de l’amiante par les professionnels intervenant sur le chantier
  • L’ampleur du chantier
  • Le type de surface à traiter : toit, sol…
  • L’entreprise responsable du désamiantage

Prix diagnostic désamiantage

Comme nous l’avons indiqué, un diagnostic amiante est nécessaire préalablement à toute action. C’est lui qui définit si le désamiantage est obligatoire ou non.

Le prix de ce diagnostic désamiantage varie principalement en fonction de la surface à analyser et de l’emplacement (difficulté d’accès). En moyenne, selon ces critères, le prix varie de 70€ à 150€.

Prix désamiantage

Le coût du désamiantage dépend de plusieurs critères, comme nous l’avons vu plus haut. Mais il faut également distinguer le désamiantage avec collecte des déchets du désamiantage sans collecte des déchets.

Le prix est exprimé en m2 et en tonne. Lorsque le traitement des déchets est pris en compte, la collecte en elle-même coûte entre 25€ et 40€ par m2, et de 300€ à 500€ par tonne. Le prix varie selon la nature et la quantité des déchets. Le désamiantage d’une toiture en lui-même (sans collecte) coûte entre 20€ et 50€ le m2.

Désamiantage et obligation du vendeur

Le vendeur d’un bien immobilier doit respecter certaines obligations concernant le désamiantage. En effet, dès lors que le bien est lié à un permis de construire datant d’avant le 1er juillet 1997, un diagnostic amiante doit être réalisé pour qu’il puisse être vendu. Cela concerne autant les maisons et les appartements que les locaux professionnels, les locaux industriels et les locaux commerciaux, mais également les parkings couverts et les caves. Toutefois, si un diagnostic amiante a déjà été réalisé depuis le 1er janvier 2013 et qu’il confirme qu’il n’y a aucune trace d’amiante, il ne sert à rien d’en réaliser un nouveau, car ce diagnostic est valable indéfiniment.

À noter que dans le cas d’une copropriété, concernant les parties communes, c’est au syndic que revient l’obligation d’effectuer un diagnostic d’amiante. Précisons également, qu’un vendeur ne respectant pas cette obligation encourt non seulement une amende de 1500€, mais il peut être poursuivi par le nouvel acquéreur si ce dernier découvre des traces d’amiante. L’acheteur quant à lui n’a aucune obligation.

Désamiantage avec une entreprise spécialisée

Pour effectuer un désamiantage, il faut obligatoirement passer par une entreprise spécialisée disposant d’une certification nationale et titulaire d’une assurance professionnelle.

La certification nationale est délivrée par l’un des organismes certificateurs accrédités par le COFRAC (Comité français d’accréditation). Ils sont au nombre de trois :

  • AFNOR Certification
  • Global Certification
  • Qualibat

Sur le site de chacun des trois, il est possible de trouver la liste des entreprises certifiées ISO NF 17024, c’est-à-dire autorisées à réaliser un désamiantage.

À noter qu’à l’issue de ce désamiantage, un diagnostic est réalisé par une entreprise qui aboutit à un dossier de diagnostic (DTU) qui est délivré au propriétaire, au syndicat de copropriété et au maître d’œuvre responsable des travaux.

Diagnostic amiante étape par étape

Dans un premier temps, le professionnel va étudier les différents endroits du bien immobilier susceptibles de contenir de l’amiante. Dans le cas où il en trouve, il réalise un croquis présentant le risque de dégradation de chaque élément contenant de l’amiante. Il peut exiger un prélèvement lorsqu’il a un doute.

Ensuite, un rapport est rédigé confirmant ou non la présence d’amiante et le risque de dégradation. Si la présence d’amiante est notifiée, le diagnostiqueur peut proposer différentes possibilités en fonction de l’état des éléments :

  • Mesure des risques sanitaires dans le logement : quantité de fibres par litre d’air
  • Travaux pour retirer l’amiante ou pour le confiner
  • Des évaluations périodiques pour vérifier que les éléments ne se dégradent pas

Déchets d’amiante : quelle est la marche à suivre ?

Déchets libres et déchets liés

On distingue deux types de déchets d’amiante qui définissent la façon dont ils vont être par la suite traités. Premièrement, il y a les déchets possédant de l’amiante libre, c’est-à-dire qui présente un risque élevé de dispersion de l’amiante dans l’air. Ce sont généralement les déchets friables comme les sacs d’aspirateurs, les poussières, les débris, les filtres d’extracteurs… Ces déchets sont enveloppés dans des sachets étanches placés dans des récipients disposant d’un bordereau de suivi des déchets. Ensuite, on trouve les déchets d’amiante liés, c’est-à-dire les matériaux non friables contenant de l’amiante, hormis les débris et les poussières. Ils présentent moins de danger.

Transporter les déchets en toute sécurité

Le transport des déchets est lui aussi rigoureux. Il faut passer par une entreprise spécialisée qui doit respecter les mesures de sécurité concernant le transport des déchets libres et celui des déchets liés. Au-delà d’une tonne de déchets, un entreposage temporaire doit bénéficier de l’autorisation de la préfecture.

Destruction des déchets

La dernière étape réside dans la destruction des déchets. Elle est réalisée au sein d’un centre de traitement spécialisé. Deux techniques d’élimination des déchets sont possibles : vitrification ou enfouissement.

Désamiantage : Comment Désamianter et Quel Prix ?
5 / 5 (1 vote)